• Me contacter
    • Roger-André Halique
      « Les landettes »
      6 allée Henri Decoin
      44600 Saint Nazaire
      02 40 53 09 48

      halique.roger@free.fr

  • Recherche

Dépôt légal

Tous droits réservés
Dépôt légal SGDL 2006.10.0327
«Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite»
Loi du 11.03.1957 article 40 alinéa 1er.

Oeuvres

Médias

Les poèmes


Roger-André Halique


Les poèmes (274)

Liens

Recherche


Expression recherchée :

(Pour rechercher sur la page en cours, appuyez sur les touches "Ctrl" et "F")

Calendrier

Février 2024
LuMaMeJeVeSaDi
1
2
3
4
567891011
12131415161718
19202122232425
26272829

Le 30 avril 2011

La grande Babylone

Ce matin las,
Un astre rouge
S’est levé de la nuit par derrière l’horizon.
Il s’écrase
Comme une pomme...
De sang mur
Sur la mégapole blafarde
Plantée de ses tours babéliques
Aux clapiers de prisons.
Sa pulpe lézarde les murs
Tagués sur le béton....
Que la rue de la ville est triste,
Tant mon âme esseulée se grise !

Soudain ! Le Son ...Strident
Des Sirènes Single la ville
D'un Froid Frisson...
A l’heure où les corridors des HLM blêmes
S’illuminent...de leurs gaines au néon :
Lumières sys-té-ma-tiques...
Dentures fan-to-ma-tiques...
De trous mé-ca-no-gra-phiques...
De glaces... Et de béton.
Dans un vomitoire du métro
Un arnaqueur de Pantin
Écornifleur de grand tapin
A levé une pute en raie publique
Fam...élique
Qu’il nique comme un lapin
Sous l’œil lubrique
De la caméra flic.
Que la rue de la ville est triste,
Tant mon âme esseulée se grise !

Des vomissures du soir
Maculent les trottoirs.
Des cyclistes gliss...ssent
Sur la chaussée cafarde...
Et le quidam sort de sa bulle.
Il déambule...bule...bule...
Sur le macadam
Entre poubelles et noctambules.
Sept heures !
C’est l’heure de l’autobusss...
Couleur de blues...
Qui va l’emmener au terminusss...
Des O.S.2...
Pointer son SMIC.
Que la rue de la ville est triste,
Tant mon âme esseulée se grise !

Déjà huit heures !
La ronde ronfle...sur les boulevards
Piqués de réverbères barbares.
Sur les coussins des limousines,
C’est l’heure pour les bobos
Et des dames en zibeline
De rentrer au château.
Pendant que dans un coin...
De son lit de cartons
Un clochard transparent
Tend la main...
Et que son chien Socrate
Sur un livre de poésie
Lève la patte...
Que la rue de la ville est triste,
Tant mon âme esseulée se grise !

En lisière des beaux quartiers
De l’orgueilleuse ville
Protégée par ses vigiles,
C’est l’heure pour les « Babel » d'or
De la Défense bling-bling
D’ouvrir les mâchoires vampiriques
Aux bourses épileptiques,
Quand leurs ordonnateurs
De leurs pontes funèbres
Aux « bull » informatiques
Depuis le bord de la corbeille
Sucent le sang
Des ouvriers d’usines,
En célébrant
Le rapport des guerres financières
Et des morts à venir...
Que la rue de la ville est triste,
Tant mon âme esseulée se grise !

Commentaires

Votre poème m'a plu, celui-là encore plus que d'autres...
Je vais être bref :
je vois en vous un bon barde breton et un humaniste : un vrai, à la Hugo, c'est à dire plein de tripes et de cœur !


Commentaire n°1 posté par Jean Jacques Rey le 22/05/11 à 10:44

Merci pour ton poème réaliste qui n'est qu'un pâle reflet de la situation actuelle........!
Michel Bernard

Commentaire n°2 posté par Michel Bernard le 01/05/11 à 09:11

Bravo !Je suis de Toulouse et votre poème me rappelle Nougaro.
Merci pour cette musique!


Commentaire n°3 posté par Dany Bataille Lavernhe le 01/05/11 à 09:07
  • Me contacter
    • Roger-André Halique
      « Les landettes »
      6 allée Henri Decoin
      44600 Saint Nazaire
      02 40 53 09 48

      halique.roger@free.fr

  • Recherche